Assistants vocaux, le nouveau média des marketeurs

Alexa, Google Assistant, Siri, et même Cortana de Microsoft ont ouvert de nouvelles opportunités pour les responsables en marketing. En effet, la voix dispose d’une force bien à elle, créant ainsi un nouveau canal de communication pour toucher le consommateur : les assistants vocaux.

En 2018, l’identité de l’entreprise ne passera plus uniquement par le visuel ou par l’écrit. Elle devra développer une identité sonore. Elle devra se distinguer de la concurrence et engager les utilisateurs d’assistants vocaux. Il faudra réussir à se démarquer au sein de la compétition créée par cette nouvelle approche marketing.

Nouveau marketing digital

Un nouveau média de communication est toujours excitant, mais il faut savoir l’approcher avec réflexion et un esprit critique. Tout d’abord, le monde du marketing (digital) est maintenant conditionné à des méthodes de diffusions extrêmement spécifiques et personnalisées. La voix aborde un public plus grand. Plusieurs cibles peuvent être atteintes en même temps par une publicité vocale, donc plusieurs intérêts et émotions à prendre en compte. Ensuite, il faut comprendre que les recherches vocales se distinguent des recherches écrites. L’approche SEO doit réussir à viser la réelle intention d’un utilisateur. Celui-ci ne structure pas ces demandes vocales de la même façon qu’une recherche Google.

Pourtant, il est indéniable que le marché de l’assistant vocal est en expansion. Ceci est avant tout dû à une convergence des outils numériques. De plus en plus de plateformes adoptent des compétences liées à l’intelligence artificielle, par exemple les chatbots. Les objets qui nous entourent sont de plus en plus connectés. Autre aspect moins connu des services marketing est la nature même du public acheteur. En effet, on estime qu’environ 25 % des utilisateurs seraient âgés de plus 55 ans. Cette frange de la population semble particulièrement bien adopter la recherche vocale, qui semble souvent plus naturelle que les moteurs de recherches web. En plus de cela, la technologie vocale et IA permettent aujourd’hui d’établir une relation plus personnelle et humaine. L’engagement généré par cette avancée ne fait qu’augmenter en qualité et en confiance.

Une question de confiance

L’aspect de confiance est un point clé. Il faut saisir que l’utilisateur ne connaît pas la même intimité avec un moteur de recherche ou un assistant vocal. Typiquement, l’assistant sera placé dans une pièce commune de la maison, telles la cuisine ou la chambre. Il ne voudra donc pas forcément partager les mêmes informations quand il communique en présence d’autrui. Cela vaut donc également pour ma communication inverse. Les call To actions générés par l’assistant vocal devront respecter plus de critères afin de ne pas paraître trop intrusifs.

La confiance portée par les utilisateurs sera fortement basée sur l’intrusion. Un CTA vocal qui sort de nulle part peut rapidement lasser ou gêner. Il faut réussir à l’intégrer au mieux à l’interaction entre la machine et l’humain. La vente de produit ou de service doit correspondre au mieux à l’intention de l’utilisateur. La publicité vocale ne doit intervenir que lorsque l’utilisateur a une réelle intention d’achat. Évaluer cette envie reste l’un des plus grands défis pour les responsables marketing.

Mémorisation = conversion

Le désavantage apparent de l’audio est son incapacité à entrer dans la mémoire des utilisateurs. À première vue, une affiche, une vidéo ou une page web pourront plus facilement pousser certaines informations précises afin que le consommateur s’en souvienne. Malheureusement, l’audio semble avoir plus de difficulté en ce qui concerne ce genre d’informations précises et leur mémorisation à long terme. Par exemple, s’il s’agit de réserver un billet de concert, l’utilisateur préférera avoir toutes les informations pratiques sous les yeux, il devra s’en imprégner et idéalement s’en souvenir jusqu’au jour de l’événement. Pour connaître la météo du jour, il n’aura pas de mal à mémoriser l’information au matin via un assistant vocal. Il sait pertinemment que l’information ne lui sera plus utile dans 24 h.

Il en va donc de la créativité de l’entreprise et de la branche marketing pour développer une identité sonore mémorable et non intrusive. Si le client réussit à être fidélisé par le biais du son, nous pouvons nous attendre à des taux de conversions extrêmement intéressants. La clé se trouve dans la mémorisation du son et la nature de l’interaction.